La lumière bleue est un terme relativement simple qui cache pourtant une réalité complexe.

Nous avons tous été exposés un jour ou l’autre au concept de “lumière bleue”. Malheureusement, nous n’avons pas encore pris la mesure des dégâts possibles sur nos yeux et sur notre santé en général. Les méfaits de la lumière bleue sont sournois et ne sont pas toujours immédiats. Pourtant, de plus en plus d’études scientifiques mettent en avant les dangers de ce phénomène encore trop peu discuté.

Qu’est-ce que la lumière bleue ?

La lumière bleue est une des couleurs présentes naturellement dans le spectre de la lumière du jour. Elle est aussi émise artificiellement par les écrans qui nous entourent (téléphone, tablette, ordinateur, télévision, certaines ampoules à LED etc.), nous y sommes donc tous exposés au quotidien que ce soit au travail ou à la maison.

I. La lumière bleue dans le spectre lumineux

La lumière du soleil contient des rayons rouges, oranges, jaunes, verts et bleus ainsi que de nombreuses nuances de chacune de ces couleurs, également appelées rayonnements électromagnétiques. Combiné, ce spectre de rayons de lumière colorés crée ce que nous appelons «lumière blanche» ou lumière du soleil. La lumière bleue est donc naturellement contenu dans notre environnement, elle n’est donc pas forcément nocive lorsqu’elle provient d’une source naturelle.

lumière bleue naturelle

Pourtant, sans explorer la physique complexe, il existe une relation inverse entre la longueur d’onde des rayons lumineux et la quantité d’énergie qu’ils contiennent. Les rayons lumineux qui ont de grandes longueurs d’onde contiennent moins d’énergie, et ceux qui ont de courtes longueurs d’onde ont plus d’énergie.

Les rayons à l’extrémité rouge du spectre de la lumière visible ont des longueurs d’onde plus longues et, par conséquent, moins d’énergie.

De l’autre côté du spectre, la lumière bleue a des longueurs d’onde plus courtes et contient donc plus d’énergie.

Cette lumière bleue peut elle même être décomposée en 2 catégories. L’une essentielle pour notre santé et l’autre beaucoup moins.

II. La lumière bleue naturelle : indispensable au quotidien

La lumière bleu-turquoise est la lumière naturelle qui stimule l’éveil et calibre notre rythme de sommeil. Elle est omniprésente mais cela n’est pas forcément une mauvaise chose! Cette lumière est une nécessité, particulièrement en début de journée. Dès 1981, le Dr Charles Czeisler de la Harvard Medical School a mis en avant l’importance de la lumière du jour pour synchroniser l’horloge interne avec l’environnement.

lumière bleue du jour (1)

Elle est directement liée à la production de mélatonine

Cette hormone qui régule votre sommeil. La lumière bleue naturelle du matin fait diminuer le taux de mélatonine dans votre corps et vous permet de vous réveiller naturellement. De même elle permet de maintenir un équilibre d’énergie tout au long de la journée. Le soir, la production de mélatonine augmente et vous permet de vous endormir sereinement.

Des recherches ont également montré que cette “bonne” lumière bleue stimule la vigilance, aide à conserver une bonne mémoire améliore vos fonctions cognitives et votre humeur. Il n’est donc pas nécessaire (ni souhaitable!) de bloquer 100% de la lumière bleue!

III. La lumière bleue artificielle : nocive à court et long terme

La lumière bleu-violet la plus nocive est celle qui se situe entre 380 et 450 nanomètres, car ses ondes très courtes sont les plus énergétiques et donc les plus nocives pour l’œil. C’est celles-ci qu’il va falloir éviter.

Difficile pourtant quand on sait que cette lumière bleue est elle aussi omniprésente. Si l’on ne prend que l’exemple des LEDs, ces dernières représenteront 75% de l’éclairage en 2020 ! C’est sans compter leur présence déjà systématique dans vos appareils électroniques.

 

Les écrans émettent une lumière bleue jusqu’à 100 fois plus forte et agressive que celle provenant de sources naturelles à cause des puissantes LED qui composent vos écrans.

Contrairement aux lumières “jaunes” des ampoules à incandescence, la lumière bleue donne l’illusion à votre cerveau qu’il fait encore jour. Allumer votre téléphone ou votre tablette en plein milieu de la nuit, c’est diminuer d’autant votre capacité à vous rendormir rapidement. C’est la même chose si vous jouez ou consultez les réseaux sociaux sur votre téléphone dans votre lit avant de vous coucher. N’essayez donc pas d’abréger une insomnie en jouant sur votre mobile!

Jusqu’à l’avènement de l’éclairage artificiel, le soleil était la principale source d’éclairage et les gens passaient leurs soirées dans l’obscurité (relative). Aujourd’hui, dans une grande partie du monde, les soirées sont éclairées de manière artificielle, et cette exposition incessante peut avoir des conséquences sérieuses sur notre santé. 

Le côté “obscure” de la lumière | Des conséquences sérieuses

Chaque jour, nous sommes exposés environ 6h à un ou plusieurs écrans, et l’utilisation grandissante des nouvelles technologies entraîne une surexposition de l’œil à la lumière bleue nocive.

I. Les dangers sur le court terme

Fatigue visuelle 

Des sensations de picotements, des yeux rouges, secs et fatigués, des éblouissements, une vision floue, des maux de tête… En parallèle, la fréquence du clignement de nos yeux est diminuée renforçant ainsi le phénomène.

Perturbation du sommeil

La lumière bleue artificielle perturbe votre rythme circadien. La lumière de nos écrans en particulier retarde notre heure d’endormissement et réduit ainsi notre temps de sommeil. La lumière bleue fait croire à votre cerveau que vous êtes en pleine journée. Elle empêche la sécrétion de la mélatonine, l’hormone qui nous permet de nous endormir. Le sommeil est alors perturbée, notre corps ne sait plus à quel moment il doit s’endormir.

II. Les dangers sur le long terme

Perte de la vision | DMLA

Une exposition prolongée à la lumière bleue pourrait aussi causer des dommages irrémédiables aux yeux et contribuer à la dégénérescence maculaire liée à l’âge qui peut elle même conduire à la cécité. Même si il reste encore beaucoup de recherches à mener avant d’avoir les conclusions définitives, les premiers résultats sont inquiétants.

La rétine est un tissu très mince et multicouche recouvrant le globe oculaire interne. Elle peut être endommagée par les rayons bleus à haute énergie. Une exposition prolongée peut donc représenter un facteur de risque pour la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Une étude médicale de Harvard indique que les rayons à haute intensité sont assimilables à la lumière la plus dangereuse pour la rétine et les maladies dégénératives rétiniennes . Un rapport publié par l’American Macular Degeneration Foundation (AMDF) rapporte que “les rayons bleus du spectre semblent accélérer la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) plus que tout autre rayon du spectre”.

Déficit de l’attention | TDAH

Concernant les plus jeunes, des études ont établi un lien entre exposition à la lumière artificielle bleue émise par les écrans et les troubles du déficit de l’attention et d’hyperactivité (TDAH) chez les enfants en bas âge. Il va de soi qu’il faut protéger au maximum les plus jeunes de la surexposition aux écrans. Eviter autant que possible les tablettes ou smartphones pour occuper bébé…

Encore beaucoup à découvrir

Pire, des recherches commencent à mettre en avant la responsabilité de la lumière bleue dans certains cancers, du diabète, des maladies cardiaques et même de l’obésité (notamment du fait de son impact négatif sur le sommeil).Et nous n’en sommes qu’aux prémices ! Même s’il ne s’agit que d’études préliminaires, ces dernières exposent déjà les risques dévastateurs de la lumière bleue sur notre santé.

Bibliographie & lectures complémentaires

    • The Vision Council, « Fatigue oculaire numérique aux USA : état des lieux », Points de vue,‎ 2015, dans Les dangers de la lumière bleue, 2015
    • Compte rendu de table ronde du 16 mars 2013, dans Les dangers de la lumière bleue, 2015
    • “Sécurité photobiologique des lampes et appareils utilisant des lampes », EN 62471-1 ; « Application de l’EN 62471 aux sources de lumières et aux luminaires pour l’évaluation du risque lié à la lumière bleue », EN 62778
    • Kasun Ratnayake et al., « Blue light excited retinal intercepts cellular signaling », Scientific Reports,‎ 2018
    •  Lipofuscin accumulation in cultured retinal pigment epithelial cells causes enhanced sensitivity to blue light irradiation », Free radic Biological Medecine,‎ 1997
    • Gianluca Tosini, Ian Ferguson et Kazuo Tsubota, « Effects of blue light on the circadian system and eye physiology », Molecular Vision, vol. 22,‎ 24 janvier 2016
    • Sébastien Point, « Lumière bleue et valeur limite d’exposition : réponse à l’ANSES » [archive], 24 mai 2019
    • Huei-Bin Wang et al., « Blue light therapy improves circadian dysfunction as well as motor symptoms in two mouse models of Huntington’s disease », Neurobiology of Sleep and Circadian Rhythms, vol. 2,‎ janvier 2017
    • Opinion on Potential risks to human health of Light Emitting Diodes (LEDs)” Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Risks SCHEER. June 6, 2018
    • Blue Light Has A Dark Side”. Harvard Health Letter. August 13, 2018
    • Krigel, Arthur (2016). “Light-induced retinal damage using different light sources, protocols and rat strains reveals LED phototoxicity” . Centre de Recherches des Cordeliers. Université Paris Descartes, France.(Sorbonne University Faculty of Medicine, Physiology Department). Retrieved December
    • Light-emitting-diode induced retinal damage and its wavelength dependency in vivo”. International Journal of Ophthalmology, Vol. 10, No. 2. Feb 18, 2017. 9, 2018